Accueil Santé Solutions contre le gaz intestinal abondant

Solutions contre le gaz intestinal abondant

Médicalement, le syndrome du côlon irritable (SCI) est connu sous une variété d’autres termes : côlon spastique, colite spastique, colite muqueuse et intestinale nerveuse ou fonctionnelle. Habituellement, il s’agit d’un trouble du gros intestin (côlon), bien que d’autres parties du tractus intestinal — même jusqu’à l’estomac — puissent être affectées.

A découvrir également : Une liste de remèdes contre les maux de dents

Le côlon, les cinq derniers pieds de l’intestin, sert deux fonctions dans le corps. Tout d’abord, il déshydrate et stocke les selles de sorte que, normalement, un tabouret mou bien formé se produit. Deuxièmement, il propulse tranquillement les selles du côté droit vers le rectum, en les stockant là jusqu’à ce qu’elles puissent être évacuées. Ce mouvement se produit par des contractions rythmiques du côlon.

Lorsque le SCI se produit, le deux-points ne se contracte pas normalement. Au lieu de cela, il semble se contracter d’une manière désorganisée, parfois violente. Les contractions peuvent être terriblement exagérées et soutenues, pendant des périodes prolongées. Une zone du côlon peut se contracter sans égard à une autre.À d’autres moments, il peut y avoir peu d’activité intestinale du tout. Ces contractions anormales entraînent une modification des habitudes intestinales, des ballonnements et de l’inconfort.

Lire également : La dyshidrose est très fréquente en été

Une deuxième caractéristique majeure du SCI est l’inconfort ou la douleur abdominale. Cela peut se déplacer autour de l’abdomen plutôt que de rester localisé dans une zone.

Ces contractions désorganisées, exagérées et douloureuses conduisent à certains problèmes. Le schéma des selles est souvent modifié. La diarrhée peut survenir, surtout après les repas, car le côlon entier se contracte et déplace rapidement les selles liquides dans le rectum. Ou, les zones localisées du côlon peuvent rester contractées pendant une période prolongée. Lorsque cela se produit, ce qui arrive souvent dans la section du côlon juste au-dessus du rectum, les selles peuvent être conservées pendant une période prolongée et être pressées en petites pastilles. L’eau excessive est retirée des selles et elle devient dure.

En outre, l’air peut s’accumuler derrière ces contractions localisées, provoquant l’enflement de l’intestin. Donc les ballonnements et la détresse abdominale peuventse produisent. Certains patients voient des gobs de muqueuse dans les selles et s’inquiètent. La muqueuse est une sécrétion normale de l’intestin, bien que la plupart du temps, elle ne puisse pas être vue. Les patients atteints du SCI produisent parfois de grandes quantités de muqueuses, mais ce n’est pas un problème sérieux. La cause de la plupart des symptômes du SCI — diarrhée, constipation, ballonnements et douleurs abdominales — est due à cette physiologie anormale.

IBS n’est pas une maladie

Bien que les symptômes du SCI puissent être graves, le trouble lui-même n’est pas grave. Il n’y a pas de maladie réelle présente dans le côlon. En fait, une opération effectuée sur l’abdomen révélerait une intestin apparaissant parfaitement normale.

Il s’agit plutôt d’un problème de fonction anormale. La condition commence généralement chez les jeunes, généralement moins de 40 ans et souvent chez les adolescents. Les symptômes peuvent s’épiler et se décliner, étant parfois particulièrement sévères et absents chez les autres. Au fil des ans, les symptômes ont tendance à devenir moins intenses.

IBS est extrêmement commun et est présent danspeut-être la moitié des patients qui voient un spécialiste en gastroentérologie. Il a tendance à fonctionner dans des familles. Le trouble ne conduit pas au cancer. Les contractions prolongées du côlon et la constipation, cependant, peuvent conduire à la diverticulose, un trouble dans lequel les poches en forme de ballon poussent hors de la paroi intestinale en raison de contractions excessives et prolongées.

Causes

Bien que nos connaissances soient encore incomplètes sur le fonctionnement et le dysfonctionnement du gros intestin, certains faits sont bien connus. Certains aliments, tels que le café, l’alcool, les épices, les fruits crus, les légumes et même le lait, peuvent causer un dysfonctionnement du côlon. Dans ces cas, l’évitement de ces substances est le traitement le plus simple.

Les infections, les maladies et même les changements dans le temps peuvent en quelque sorte être associés à une poussée des symptômes. Le cycle prémenstruel chez les femmes peut également provoquer des changements dans le tractus intestinal. De loin, le facteur le plus commun associé aux symptômes du SCI sont les interactions entre le cerveau etl’intestin. L’intestin a un riche apport de nerfs qui sont en communication avec le cerveau. Pratiquement tout le monde a subi, à un moment ou à un autre, une certaine altération de la fonction intestinale lorsqu’il est soumis à un stress intense, comme avant un événement sportif important, un examen scolaire ou un conflit familial.

Les personnes atteintes d’IBS semblent avoir un intestin trop sensible, et peut-être une super abondance d’influx nerveux qui coule vers l’intestin, de sorte que les stress ordinaires et les souches de la vie entraînent en quelque sorte un dysfonctionnement du côlon.

Ces contractions exagérées peuvent être démontrées expérimentalement en plaçant des dispositifs de détection de pression dans le côlon. Même au repos, sans contrainte évidente, les pressions tendent à être plus élevées que la normale. Avec les interactions routinières de la vie quotidienne, ces pressions tendent à augmenter de façon spectaculaire. Lorsqu’une situation émotionnellement chargée est discutée, elle peut atteindre des niveaux extrêmes qui ne sont pas atteints chez les personnes sans SCI. Ces symptômes sont dus à de réels changements physiologiques dans l’intestin — un intestinqui tend à être intrinsèquement trop sensible et qui réagit de façon excessive aux tensions et aux tensions de la vie ordinaire.

Diagnostic

Le diagnostic du SCI peut souvent être suspecté simplement par un examen des antécédents médicaux du patient. En fin de compte, il s’agit d’un diagnostic d’exclusion ; autrement dit, d’autres conditions de l’intestin doivent être exclues avant qu’un diagnostic ferme du SCI puisse être établi.

Un certain nombre de maladies de l’intestin, comme l’inflammation, le cancer et l’infection, peuvent imiter une partie ou la totalité des symptômes du SCI. Certains tests médicaux sont utiles pour établir ce diagnostic, y compris des examens de sang, d’urine et de selles, des radiographies du tractus intestinal et un examen par tube éclairé de l’intestin inférieur. Cet examen est appelé endoscopie, sigmoïdoscopie ou coloscopie.

Des tests supplémentaires sont souvent nécessaires en fonction des circonstances particulières dans chaque cas. Si les antécédents médicaux appropriés sont obtenus et si d’autres maladies sont exclues, un diagnostic ferme du SCI peut généralement êtrefait.

Traitement

Le traitement de l’IBS est dirigé à la fois à l’intestin et à la psyché. Le régime alimentaire nécessite un examen, avec les aliments qui aggravent les symptômes étant évités.

La

pensée médicale actuelle sur l’alimentation a beaucoup changé ces dernières années. Il existe de bonnes preuves qui suggèrent que, lorsqu’il est toléré, un régime alimentaire élevé en matière de brugosité et de son est utile. Ce régime peut entraîner des selles plus grandes et plus douces qui semblent réduire les pressions générées dans le côlon.

De

grandes quantités de fibres bénéfiques peuvent être obtenues en prenant des agents gonflants en vente libre tels que le psyllium mucilloïde (Metamucil, Konsyl) ou la méthylcellulose (Citrucel). Vous pouvez également mélanger votre propre supplément de fibres.

Comme beaucoup de gens l’ont déjà découvert, le simple acte de manger peut parfois activer le côlon. Cette action est un réflexe normal, bien que chez les patients atteints du SCI, elle ait tendance à être exagérée. Il est parfois utile de manger des repas plus petits et plus fréquents pour bloquer ce réflexe.

Il y a certainsqui aident le côlon en relaxant les muscles dans la paroi du côlon, réduisant ainsi la pression intestinale. Ces médicaments sont appelés antispasmodiques. Puisque le stress et l’anxiété peuvent jouer un rôle dans ces symptômes, il peut parfois être utile d’utiliser un sédatif doux ou un antidépresseur, parfois en combinaison avec un antispasmodique. Aucun médicament n’est toujours efficace chez toutes les personnes atteintes du SCI et le traitement est souvent adapté au patient et à ses symptômes. Classe d’antidépresseurs de médicaments tels que les bloqueurs de la sérotonine sont particulièrement utiles pour les cas difficiles.

L’ exercice physique, aussi, est utile. Pendant l’exercice, l’intestin se calme généralement. Si l’exercice est utilisé régulièrement et si la forme physique ou le conditionnement physique se développe, l’intestin peut avoir tendance à se détendre même pendant les périodes de non-exercice. Les effets revigorants du conditionnement, bien sûr, s’étendent bien au-delà de l’intestin et peuvent être recommandés pour l’entretien général de la santé.

Aussi important que toute autre chose dans le contrôle de l’IBSest d’apprendre la réduction du stress, ou du moins comment contrôler la réponse du corps au stress. Il est certainement bien connu que le cerveau peut exercer des effets contrôlants sur de nombreux organes du corps, y compris l’intestin.

Résumé

Les patients atteints de SCI peuvent être assurés que rien de grave ne va mal avec l’intestin. La prévention et le traitement peuvent impliquer un simple changement de certaines habitudes quotidiennes, une réduction des situations stressantes, une meilleure alimentation et de faire de l’exercice régulièrement.

L’

aspect le plus important du traitement est peut-être la réassurance. Pour la plupart des patients, le seul fait de savoir qu’il n’y a rien de grave est le meilleur traitement de tous, surtout s’ils peuvent apprendre à traiter leurs symptômes sur leur propre.

ARTICLES LIÉS