Accueil Loisirs Jakie buty nosić na GR20 ?

Jakie buty nosić na GR20 ?

GR20 (Grande Randonnée 20) — le nom ne nous dit pas grand-chose. Il date d’une époque où la Corse était le 20ème département de France. Mieux le sentier est décrit par les Corses elles-mêmes — Fra Li Monti signifie simplement… la route à travers les montagnes. Près de 200 kilomètres de l’itinéraire relie le nord au sud de la route Ce trek est reconnu comme l’un des itinéraires les plus difficiles d’Europe. Des conseils pratiques sur la transition GR20 sont donnés par Krzysztof Story .

A lire également : Quel e-liquide choisir pour votre cigarette électronique ?

Sur le sentier GR20 (photo de Krzysztof Story) Route

GR20 commence à Calenzana et se termine dans le village de Conca dans le sud de la Corse. Le sentier serpente le long de la ligne du bassin versant de l’île, et une grande partie de la route est guidée tout droit vers le bas d’une crête, suivant des grilles rocheuses vives. Il faut en moyenne 14—15 jours pendant lesquels nous parcourrons plus de 180 kilomètres et environ 12 kilomètres d’approches. Cette limite ne s’applique pas aux coureurs de montagne — les antécédents actuels appartiennent à François D’Haene Le et est à seulement 31 heures et 6 minutes.

A découvrir également : Où pêcher dans Breast ?

Corse vue carte avec sentier balisé GR20 (photo de l’archevêque Krzysztof Story) Christopher Histoire :

Ma randonnée a duré 12 jours, même si j’ai choisi les variantes les plus dures derrière chacune et fait des pics hors sentiers supplémentaires. J’essayais d’aller le plus près possible du kilométrage original GR20.

Le sentier est très bien balisé — des panneaux blanc-rouge nous mènent tout le temps. Il vaut également la peine de regarder autour des jaunes — ils définissent les variantes plus difficiles du GR20, jouant à travers lequel la tournée a été suivie dans les années 1970 par Michel Fabrikant.

Comment obtenir ?

La Corse est la plus facile à obtenir en avion. Nous avons plusieurs compagnies aériennes low-cost (Ryanair, easyJet). Si on part de Calenzana, il vaut mieux chercher des avions pour Calvi. Une autre option est un ferry — ces voiles de Nice et de Gênes, par exemple.

Pour le tout début du sentier plus facile à faire de l’auto-stop. Pour le cours de taxi de Calvi à Calenzana, nous payons plus de 20€, et il n’y a qu’un bus par jour sur cette route (horaires à vérifier sur http://www.corsicabus.org/). Il est similaire à partir de Conca après un trek fini. Malheureusement, la communication publique est un sujet de blague sur garde pour les habitants de l’île eux-mêmes.

Quand opter pour le GR-20 ?

La haute saison tombe en juillet et début août. C’est une bonne idée de faire de la randonnée à la fin juin ou au début d’août/septembre. Ensuite, nous ne nous exposons pas à la plus grande chaleur (rappelez-vous que nous errons jouer sans abri en plein soleil). Nous éviterons également les encombrement sur le sentier. Lors de la planification des prochaines étapes, vous devez vous méfier des tempêtes fréquentes et violentes, qui, au-delà des mois de vacances, apportent souvent de fortes pluies.

Sur le sentier GR20 (photo par Krzysztof Story) Approvisionnement et hébergement

Une des auberges sur le sentier GR20 (photo de Krzysztof Histoire) L’ itinéraire lui-même ne fait qu’une partie du GR20. Toutes les infrastructures ont été créées autour du sentier, ce qui signifie que chaque étape nous finissons dans un abri. Comme le dit Christopher :

Dans les abris (ou dans une tente tangée à côté), cela vaut la peine d’une soirée pyjama pour trois raisons. Tout d’abord, nous sommes dans un parc national et le camping sauvage est illégal et pas exactement éthique. Deuxièmement, l’abri est souvent la seule source d’eau tout au long de la journée. Et la raison la plus importante : les auberges sur le GR20 sont situées dans de beaux endroits belvédères, souvent à une altitude de près de 2000 m.

Le prix pour une nuit dans le chalet est de 13€, dans une tente de location de 11€, la mise en place de votre propre tente coûte 7€. Les hébergements peuvent être réservés sur le site Web du parc : http://www.pnr.corsica/.

Sur le sentier GR20 (photo de Krzysztof Story) Il n’y a pas un seul supermarché sur le sentier. On trouve de petits magasins où le sentier descend dans la route (le mieux approvisionné est à Vizzavona, à mi-chemin du sentier). Il est nécessaire de se préparer à des prix très élevés. En plus de la restauration normale, les abris vendent souvent des produits de base (pâtes, conserves, bonbons). Gardez à l’esprit que ce sont des abris de haute montagne et ne vous attendez pas au confort. Toutes les ordures valent la peine de descendre par vous-même — sinon vous devrez les rouler en hélicoptère.

Sur le sentier GR20 (photo de Krzysztof Story) Comment se préparer ?

Le GR20 ne nécessite pas de compétences en escalade. En revanche, il nécessite une très bonne forme physique et la capacité de se déplacer sur un terrain difficile. Nous allons souvent sur des rochers fortement inclinés, très souvent nous faisons au-dessus d’un kilomètre d’approches par jour. Beaucoup de gens abandonnent après les trois premiers jours, où nous approchons de près de 4 kilomètres ensemble.

Sur le sentier GR20 (photo de Krzysztof Story) La deuxième chose est le matériel : cela vaut vraiment la peine de le limiter. Le poids du sac à dos sans eau ne doit absolument pas dépasser 15 kg. Souvenons-nous que nous allons un bassin versant sans source, de sorte que vous devrez souvent transporter un approvisionnement en eau pendant toute la journée (minimum 2—3 litres).

Le problème n’est pas la navigation — le sentier est très bien balisé, tant sur le terrain que sur les cartes.

Le GR20 est-il une piste pour tout le monde ?

Et oui, et non. On parle beaucoup que c’est le sentier le plus difficile d’Europe. Il y a un peu d’exagération à ce sujet, parce qu’après tout, c’est bien marqué, il y a des abris, des fournitures — la logistique est très facile. Mais le sentier est incroyablement intense. À mon avis, la difficulté du GR20 ne vient pas à l’un ou l’autre fragment d’escalade. Oui, nous rencontrerons souvent des chaînes, mais les plus grandes difficultés techniques pourraient être comparées à l’Orlej Perci polonais. Ce qui élimine la plupart des gens est précisément l’intensité. Chaque jour approche et descente après 1000, après 1500 mètres. C’est pourquoi le sentier se termine moins de la moitié des gens. Je me suis entraîné dans les Tatras et les Alpes avant de sortir, j’escalade depuis quelques années, mon sac à dos pesait moins de 10 kg. Grâce à cela, je n’ai eu aucun problème du tout. Alors que si quelqu’un n’est pas sûr de sa forme physique, je pense qu’il vaut la peine de se rendre sur une piste plus simple. Le GR20 ne va pas courir.

Sur le sentier GR20 (photo de Krzysztof Story) Pourquoi y aller ?

Parce que c’est absolument magnifique là-bas ! Ce que le créateur du GR20, Michel Fabrikant, a fait, est un chef-d’œuvre absolu. Le sentier souvent tout au long d’une journée entière va jouer, plusieurs, des dizaines de fois changer de côté. Nous passons entre des flèches rocheuses, nous errons dans des endroits normalement inaccessibles sans équipement d’escalade. Et surtout — presque tout le temps, nous avons de belles vues.

Achèvement du sentier GR20 (photo de Krzysztof Story) Histoire de Christopher La relation a été créée dans le cadre de la première partie du projet Two Trails, Two Worlds Projet qu’ils soutiennent : Meindl, Sea to Summit, Marmot

***

Au moment de la publication, Krzysztof L’histoire est presque sur le chemin de l’Ecosse, où la deuxième étape du trek l’attend. Dans le cadre du projet Two Trails, Two Worlds Christopher affrontera le Cape Wrath Trail.

Consultez la page de Christopher et le profil Facebook Histoire d’une vie pour plus d’informations.

***

OM est le mécène média du projet Two-Trails, TwoWorlds :

ARTICLES LIÉS