Accueil Santé La dyshidrose est très fréquente en été

La dyshidrose est très fréquente en été

Êtes-vous confiant du diagnostic ?

Ce que vous devriez être vigilant dans l’histoire

Le diagnostic de kératolyse exfoliativa est fait sur la base de l’histoire et de l’examen clinique. Les patients se plaignent généralement d’un peeling asymptomatique sur les paumes (et parfois sur les semelles) qui se répète toutes les quelques semaines. Il se rencontre le plus souvent chez les jeunes adultes et est généralement pire pendant les mois d’été ou par temps chaud.

A voir aussi : Cette sinusite n'est pas nécessairement contagieuse

Certains patients peuvent constater que cette affection est exacerbée par des irritants chimiques ou physiques tels que l’eau, le savon et les détergents. D’autres peuvent l’associer à l’hyperhidrose. La plupart des patients nient toute démangeaison, mais peuvent rarement se plaindre d’une légère sensibilité. Il s’agit probablement d’une affection courante qui se présente rarement aux médecins parce qu’elle est en grande partie asymptomatique.

Lire également : Solutions contre le gaz intestinal abondant

Résultats caractéristiques de l’examen physique

Lors de l’examen physique, il y a des taches symétriques, irrégulières circonscrites annulaires ou circinées de surfacemise à l’échelle sur les paumes et, moins souvent, les semelles (Figure 1). La mise à l’échelle s’étend progressivement de manière périphérique, laissant une collarette adhérente. La kératolyse exfoliativa est également caractérisée par un manque d’inflammation.

Figure 1.

Photographie de kératolyse exfoliativa sur la main.


Résultats attendus des études diagnostiques

Il n’est généralement pas nécessaire de procéder à d’autres tests diagnostiques, car il s’agit généralement d’un diagnostic clinique ; cependant, dans les cas plus difficiles, un grattage à l’hydroxyde de potassium (KOH) ou une culture fongique pour exclure le tinea devrait être négatif et un test de patch pour exclure la dermatite allergique de contact devrait également être négatif.

Confirmation du diagnostic

Le diagnostic différentiel de kératolyse exfoliativa comprend les entités suivantes :

1. Pompholyx ou eczéma dyshidrotique (différencié par sa nature chronique, prurit associé, fissures et lichénification observés lors de l’examen)

2. Pustulose palmoplantaire ou palmoplantairepsoriasis (distingué par l’implication occasionnelle du psoriasis typique sur d’autres endroits du corps, l’observation des pustules à l’examen, et la nature chronique de cette maladie)

3. Dermatite allergique de contact (différenciée par sa nature prurigineuse, réponse aux stéroïdes topiques, apparition inflammatoire avec érythème à l’examen, et antécédents possibles d’exposition)

4. Tinea (habituellement observée avec des changements associés dans les ongles ou les ongles des orteils, parfois prurigineux, ne s’écaille pas et ne dégénère pas, grattage fongique positif ou culture, et répond au traitement avec des agents antifongiques)

Qui est à risque de développer cette maladie ?
La

kératolyse exfoliativa est considérée comme une maladie très courante avec des données épidémiques limitées, car elle se présente rarement aux médecins en raison de sa nature asymptomatique. Certains croient qu’il est plus fréquemment associé à la dermatite atopique sous-jacente, tandis que d’autres signalent une association avec leshyperhidrose.

Quelle est la cause de la maladie ?
Étiologie
Physiologie

L’ étiologie de la kératolyse exfoliativa est inconnue, mais la condition semble être aggravée par la chaleur ou la transpiration. Certains suggèrent également qu’elle est provoquée par des dommages physiques ou chimiques de faible qualité à la couche cornée de la peau volaire, conduisant à une séparation superficielle de la couche cornée.

Incidences systémiques et complications
Il

n’y a pas d’implications systémiques ou de complications associées chez les patients atteints de kératolyse exfoliativa. Il peut y avoir une association avec la dermatite atopique sous-jacente, donc on peut également voir une combinaison d’asthme et d’allergies plus fréquemment.

Options de traitement

Les options de traitement sont résumées dans le tableau I.

Tableau I.

Traitement médical
Procédures chirurgicales
Modalités physiques

Protection contre les irritants, porter des gants, une bonne hydratation. Traiter l’hyperhidrose le cas échéant.
Aucunrecommandé
Photochimiothérapie (PUVA main/pied)

Crèmes kératolytiques contenant de l’urée, de l’acide lactique, du lactate d’ammonium ou de l’acide salicyclique.

Corticostéroïdes topiques – généralement pas très bénéfiques

PUVA : psoralène et lumière ultraviolette A

Approche thérapeutique optimale pour cette maladie

Tous les facteurs exacerbants devraient être contrôlés. Cela devrait inclure la protection des mains contre les irritants physiques ou chimiques et encourager le patient à porter des gants dans la mesure du possible. Éduquer le patient sur la nature bénigne de cette condition est impératif, car souvent le patient veut simplement un diagnostic et ne souhaite pas de traitement ultérieur. Renseignez-vous sur toute histoire de dermatite atopique.

S’ il y a un composant de l’hyperhidrose primaire, essayez de le traiter avec des médicaments topiques. Drysol, appliqué sur la peau sèche au coucher, ou glycopyrrolate oral, à partir d’une dose de 1 mg par voie orale 2-3 fois par jour, peut êtreutile.

L’

hydratation agressive est l’un des traitements les plus importants et est souvent la modalité de traitement la plus sûre et la plus efficace.

Les

crèmes kératolytiques contenant de l’urée, de l’acide lactique, du lactate d’ammonium ou de l’acide salicylique ont été le traitement le plus bénéfique pour la majorité des patients. Parmi ces exemples, citons la crème d’urée 20 % ou 40 %, la crème de lactate d’ammonium 12 %, la crème d’acide salicyclique 6 % et la crème d’acide lactique 12 %. N’importe lequel d’entre eux peut être appliqué jusqu’à deux fois par jour.

Un essai de corticostéroïde topique puissant (dipropionate de bétaméthasone 0,05 % ou équivalent) ou ultrapotent (clobétasol 0,05 % ou équivalent) appliqué deux fois par jour pendant pas plus de 2 semaines pourrait être tenté ; cependant, ces corticostéroïdes ne sont généralement pas très bénéfiques car cette maladie se caractérise par un manque de l’inflammation.

Il y a quelques textes qui mentionnent l’utilisation de la photochimiothérapie avec psoralène main/pied et lumière ultraviolette A (PUVA) pour les cas graves. C’est çadoit être réservé aux patients graves ou symptomatiques, sinon les risques l’emportent sur les bienfaits. Les patients doivent être conscients que ce traitement est purement anecdotique et que les données à l’appui de son bienfait font défaut.

Gestion des patients

Il est important d’expliquer l’histoire naturelle de la kératolyse exfoliativa au patient avant de commencer tout traitement. Le patient doit être conscient de la nature bénigne de la maladie et comprendre que, généralement, elle s’améliorera avec le temps sans aucun traitement.

Les traitements sont principalement anecdotiques et peuvent ou non conduire à une amélioration. Si l’état du patient s’aggrave ou devient symptomatique, le diagnostic doit être remis en question et il peut être important de revoir le diagnostic différentiel et de réévaluer le patient pour exclure d’autres étiologies. La majorité des patients, atteints d’une maladie bénigne, peuvent être traités avec des hydratants topiques ou des kératolytiques et suivis commenécessaire.

Scénarios cliniques inhabituels à considérer dans la prise en charge des patients
La

kératolyse exfoliativa est un diagnostic simple ; pour toute présentation clinique inhabituelle, le diagnostic correct doit être remis en question.

Qu’ est-ce que la preuve ?

Lee, YC, Rycroft, RJ, White, IR, McFadden, JP. » Peeling palmaire focal récurrent ». Australas J Dermatol. vol. 37. 1996. p. 143-4. (Un rapport de trois cas de peeling palmaire focal récurrent, dont deux ont été mal diagnostiqués comme dermatite chronique. Fournit une bonne description des caractéristiques cliniques du peeling palmaire focal récurrent et comment le différencier des autres conditions.)

Abdel-Hafez, K, Safer, AM, Selim, MM, Rehak, A. » Peeling continu de la peau familiale ». Dermatologica. vol. 166. 1983. p. 23 à 31. (Fournit une description du profil microscopique de la division observée dans l’exfoliativa kératolyse et contraste cestrouver avec celle de l’épluchage continuel familial de la peau)

Lee, HJ, Ha, SJ, Ahn, WK, Kim, D, Park, YM, Byun, DG. » Évaluation clinique de la dermatite atopique main-pied ». Pediatr Dermatol. vol. 18. 2001. p. 102-6. (Une étude qui caractérise les caractéristiques cliniques de 108 patients atteints de dermatite atopique atteints de dermatite main-pied. Rapporte la fréquence de kératolyse exfoliativa chez les patients atteints d’atopicdermatite.)

ARTICLES LIÉS